Actualités

50 actualités disponibles

27/03/2020 Actualité

Coronavirus : communication générale

Les dispositions de BFT IM (filiale d'Amundi Groupe) pour assurer la continuité de ses activitésL’accélération de la crise du coronavirus, les mesures de confinement prises par un nombre croissant de gouvernements dans le monde, les répercussions perceptibles sur la marche de nos économies, et leur transcription dans le comportement des marchés financiers créent un moment tout à fait exceptionnel dans notre histoire collective.Dans ce contexte, nous avons pris un ensemble de mesures qui visent deux objectifs fondamentaux : la protection de la santé des personnes - celles de nos clients et de nos collaborateurs -  et la continuité des services que nous apportons à nos clients avec un niveau de qualité élevé.Notre action quotidienne dans cette crise repose sur trois piliers :1 - Premièrement, gérer les investissements de nos clients dans le même souci de rigueur et de performance que nous avons toujours eu.  Aujourd’hui, alors que 90% de nos collaborateurs travaillent chez eux, nos équipes de gestion sont mobilisées pour gérer le plus efficacement possible leurs mandats et leurs fonds, malgré le contexte de marché.  Cela est possible grâce à la robustesse de notre outil informatique.  Cette plateforme est gérée par une équipe de plus de 600 personnes qui exploite nos centres de production et nos sites de back-up en France, au service de nos 37 implantations dans le monde.  Nos équipes gèrent quotidiennement, à partir du centre opérationnel de Paris, la connexion de nos 5.000 collaborateurs à travers le monde.  Ce dispositif, utilisé au quotidien en situation normale, se révèle particulièrement utile en période de crise. 2 - Deuxièmement, apporter à nos clients le conseil qu’ils demandent pour les aider à traverser les turbulences des marchés.  Dans ces circonstances exceptionnelles, nous maintenons un contact étroit avec eux, par le biais de communications hebdomadaires sur notre analyse de la crise et des marchés, et nos collaborateurs sont à leur disposition pour leur apporter toute sorte de conseil sur les investissements.3 - Enfin, assurer la bonne fin de leurs opérations.  Alors que nous avons déployé progressivement, depuis un mois maintenant, nos plans de continuité d’activités sur toute notre plateforme, nous n’avons eu aucun incident opérationnel significatif à déplorer.  Nous y voyons la preuve de la pertinence de nos plans de secours.Cette crise est inédite dans son ampleur. Sa durée reste difficile à prévoir.Nos équipes vous tiendront régulièrement informé des évolutions de cette situation et restent à votre disposition, à tout moment, pour vous assister.

27/03/2020 Market Insights

Vues et Convictions - mars 2020

Quantifier l’inquantifiable : impact économique, monétaire et financier du covid19Covid-19 : Apparu en Chine fin décembre 2019, le Covid-19 sévit désormais sur l’ensemble du globe. Après avoir entrainé l’arrêt complet de l’économie chinoise pendant plusieurs semaines (provoquant un effondrement de la production des entreprises et de la demande des ménages), c’est au tour des principales économies de faire face à la pandémie.Les banques centrales mobilisent tous leurs instruments de politique monétaire : Les grandes banques centrales sont intervenues successivement pour soutenir les économies frappées de plein fouet par la crise sanitaire qui a entraîné le blocage des appareils de production. En toute logique, la PBoC a assoupli sa politique monétaire dès février en mobilisant plusieurs outils de manière simultanée pour soutenir les entreprises.Une très forte mobilisation des politiques budgétaires. L’intervention des seules banques centrales, aussi massive et rapide soit-elle, aurait été insuffisante pour faire face à la dépression économique induite par la crise sanitaire. Afin de limiter l’impact sanitaire, les gouvernements ont progressivement emboité le pas à la Chine en confinant leur population. Ces mesures d’urgence réduisant l’activité économique ont été assorties de plans de sauvegarde des entreprises.LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS

09/03/2020 Lettre Monétaire

Lettre Monétaire - février 2020

Sur le front macroéconomique, la thèse de la stabilisation conjoncturelle gagnait encore du terrain durant le mois de février. Aux Etats-Unis, les enquêtes des FED régionales ont continué de s’améliorer signalant le redressement du secteur manufacturier.En zone euro, la seconde estimation du PIB a confirmé sa faible progression au T4.19 (+0.1%, soit +1.2% en moyenne sur 2019). Toutefois, cette modeste augmentation du taux de croissance du PIB dissimule de fortes disparités au sein des pays de la zone euro. L’Espagne, la Belgique et les Pays-Bas ont respectivement observé une croissance du PIB de +0.5% et +0.4% là où la France, l’Italie et l’Allemagne ont vu leur activité se contracter au T4.19. Les dernières données conjoncturelles ont rassuré sur la capacité de récupération des principaux pays de la zone euro.LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS

25/02/2020 Market Insights

Vues et Convictions - janvier 2020

Moins de croissance mais des portefeuilles pro risque pour ce début d’année 2020La croissance mondiale devrait céder 0 2 pp en 2020 par rapport à 2019 pour atteindre 3 0 Ce ralentissement résulte principalement d’une baisse de la croissance dans la zone développée :- Une diminution concomitante de la croissance économique en Chine (+5,8% en 2020 contre 6,1%) et aux Etats Unis (1,6% attendu en 2020 contre 2,3% en 2019)*.- L’activité économique de la zone euro resterait stable en 2020 (+1,2%). La progression du PIB allemand augmenterait en 2020 compensant le ralentissement de l’économie espagnole.- La zone émergente ralentirait de manière moins visible en 2020. La croissance attendue pour les principaux pays émergents devrait atteindre 4,4% soit un niveau largement supérieur à celui prévu pour la zone développée (+1,3%).LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS

18/02/2020 Actualité

L'édito trimestriel - janvier 2020

« L’année 2019 marque un tournant pour l’investissement responsable. 2020 devra être l’année des actes. Il est important de ne pas confondre accélération et précipitation. »Par Gilles Guez, Directeur Général.La généralisation de l’investissement responsable (IR) ne s’explique pas uniquement par l’urgence climatique. C’est une refondation du capitalisme qui est peut-être à l’oeuvre, avec des impacts économiques et financiers significatifs. L’année 2019 marque un tournant dans la prise de conscience de l’importance de l’IR, 2020 devra être l’année des actes. Dans ce contexte, il est important de ne pas confondre accélération et précipitation.La prise de conscience - La « Business Roundtable » qui s’est tenue en août 2019 (groupe des PDG des plus grandes entreprises américaines) a déclaré cette année que « l’objectif d’une entreprise n’est pas juste de servir ses actionnaires mais de créer de la valeur pour toutes ses parties prenantes ». Certains avanceront qu’il s’agit d’une pure déclaration d’intention en réaction au succès grandissant du vote populiste à travers le monde. Cette évolution a pourtant des racines profondes et marque peut-être le début d’une refondation du capitalisme. La pression sur les entreprises est forte : salariés, clients et investisseurs demandent des comptes sur le rôle et la contribution des entreprises à la société dans son ensemble.LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS

18/02/2020 Lettre Monétaire

Lettre Monétaire - janvier 2020

En janvier, la publication de la première estimation de la croissance du PIB aux Etats-Unis confirme la poursuite du ralentissement. L’activité économique a progressé de 1,4% au T4.19 en rythme annualisé, en baisse par rapport au trimestre précédent.En France, la publication des comptes trimestriels a montré une contraction du PIB au dernier trimestre 2019.Le recul de l’activité (-0,1%) est intégralement expliqué par le fort déstockage des entreprises au T4.19. Toutefois, la déception observée du côté des chiffres de croissance en France ne remet pas en cause la stabilisation conjoncturelle constatée à l’échelle de la zone euro. La dynamique des prix montre peu de signe tangible de reprise quelle que soit la zone considérée.LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS