Jérôme Buret nommé Responsable de la clientèle institutionnelle

Mardi 01 octobre 2019

Actualité

Jérôme Buret est nommé Responsable de la clientèle institutionnelle de BFT Investment Managers (IM).

 
 

 
 

Jérôme Buret, Responsable de la clientèle institutionnelle

Jérôme Buret commence sa carrière en 1993 chez Finacor en tant que Courtier avant de rejoindre la Société Générale en tant que Consultant en 1994. À partir de 1998, il occupe différentes fonctions commerciales chez AXA Investment Managers. En 2007, il intègre Edmond de Rothschild Asset Management où il occupe notamment la fonction de Directeur des Ventes Institutionnelles France, Belgique, Luxembourg à partir de 2015. Il a suivi des études supérieures en Mathématiques, Statistiques, Econométrie et en Finance. Il est titulaire d’un DEA Monnaie et Finance de l’Université Paris X Nanterre (1992).


Document

Autres actualités

Portrait GG Actualités
18/02/2020 Actualité

L'édito - janvier 2020

« L’année 2019 marque un tournant pour l’investissement responsable. 2020 devra être l’année des actes. Il est important de ne pas confondre accélération et précipitation. »Par Gilles Guez, Directeur Général.La généralisation de l’investissement responsable (IR) ne s’explique pas uniquement par l’urgence climatique. C’est une refondation du capitalisme qui est peut-être à l’oeuvre, avec des impacts économiques et financiers significatifs. L’année 2019 marque un tournant dans la prise de conscience de l’importance de l’IR, 2020 devra être l’année des actes. Dans ce contexte, il est important de ne pas confondre accélération et précipitation.La prise de conscience - La « Business Roundtable » qui s’est tenue en août 2019 (groupe des PDG des plus grandes entreprises américaines) a déclaré cette année que « l’objectif d’une entreprise n’est pas juste de servir ses actionnaires mais de créer de la valeur pour toutes ses parties prenantes ». Certains avanceront qu’il s’agit d’une pure déclaration d’intention en réaction au succès grandissant du vote populiste à travers le monde. Cette évolution a pourtant des racines profondes et marque peut-être le début d’une refondation du capitalisme. La pression sur les entreprises est forte : salariés, clients et investisseurs demandent des comptes sur le rôle et la contribution des entreprises à la société dans son ensemble.LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS