Laurent Gonon est nommé Directeur des gestions de BFT IM

Mercredi 13 décembre 2017

Laurent Gonon est nommé Directeur des Gestions de BFT Investment Managers (IM) et devient membre du comité exécutif de BFT IM.

 
 

 
 

Laurent Gonon, Directeur des Gestions

Laurent Gonon commence sa carrière en 1995 au sein de BNP Paribas Cardif Assurances en tant qu’actuaire puis gérant de portefeuille obligataire. Entre 2000 et 2006, il est successivement gérant de portefeuille fixed income chez Société Générale Asset Management puis chez Axa Investment Managers. Il rejoint Amundi en 2006 en tant que gérant de portefeuille obligataire au sein de l’équipe euro fixed income et crédit avant d’être nommé responsable gestion inflation en 2010. Depuis 2015, il était directeur gestion taux au sein de BFT IM. Né en 1972, Laurent Gonon est actuaire de l’Institut de Science Financière et d’Assurance (ISFA) de Lyon (1995).


Document

Autres actualités

Perspectives d'investissement
06/08/2019 Market Insights

Vues et Convictions juillet 2019

Nous anticipons une croissance mondiale pour 2019 et 2020 respectivement à 3.3% et 3.1%, soit une baisse de 0.1pt par rapport à l'exercice de prévision de mai.Bien qu’en ralentissement, la croissance du PIB devrait cependant rester au-dessus de son niveau potentiel dans la plupart des économies. Ce scénario reste toutefois suspendu à l’hypothèse d’une accalmie des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. Une contraction du commerce mondial pénalisera l’activité dans son ensemble et affectera sans discernement les zones développées et émergentes. A ce stade, la taxation de 250 Mds $ d’importations en provenance de Chine peut être absorbée mais toute forme d’escalade écornerait de manière significative le scénario d’une issue positive.La dynamique de l’inflation devrait continuer de rester atone à ce stade pour l’ensemble des principales zones économiques. Les taxes imposées par les américains épargnent à ce stade les biens de consommation et elles ne sont donc pas de nature à renforcer la croissance des prix. Les politiques monétaires continueront de se montrer ultra-accommodantes. La Fed devrait procéder à une première baisse de taux en juillet et possiblement amorcer une seconde au cours du T4.19. La BCE s’appuiera sur des mesures non-conventionnelles pour renforcer son action : baisse du taux de facilité de dépôt et mise en place d’un nouveau Q.E.Les valorisations des actifs risqués (actions & crédits HY notamment) se sont nettement reprises en raison de l’activisme des banques centrales et de l’accalmie « temporaire » sur le front commercial. Même si les mesures de risque indiquent un repli du stress de marchés les investisseurs restent prudents en matière d’exposition aux actifs risqués. Seuls le crédit investment garde et les taux gouvernementaux ont résisté dans ce climat d’anxiété croissante.

Perspectives d'investissement
19/06/2019 Market Insights

Vues et Convictions mai 2019

Nous anticipons une croissance mondiale pour 2019 et 2020 respectivement à 3.4% et 3.2%, inchangée parrapport à notre projection précédente.Bien qu’en ralentissement, la croissance du PIB devrait cependant rester au-dessus de son niveau potentiel dans la plupart des économies. Ce scénario reste toutefois suspendu à l’hypothèse, de plus en plus fragile, d’une accalmie des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis.Une contraction du commerce mondial pénalisera l’activité dans son ensemble et affectera sans discernement les zones développées et émergentes. A ce stade, la taxation de 250 Mds $ d’importations en provenance de Chine peut être absorbée mais toute forme d’escalade écornerait de manière significative le scénario d’une issue positive.La dynamique de l’inflation devrait continuer de rester atone à ce stade pour l’ensemble des principales zones économiques. Les taxes imposées par les américains épargnent à ce stade les biens de consommation et elles ne sont donc pas de nature à renforcer la croissance des prix. Les politiques monétaires continueront de se montrer ultra-accommodantes et toute forme de resserrement monétaire est désormais exclue. La Fed comme la BCE s’appuieront davantage sur les mesures non-conventionnelles pour ajuster leur politique monétaire.Les valorisations des actifs risqués (actions & crédits HY notamment) sont de nouveau en baisse après avoir effacé la baisse du T4.2018. Le retour du risque systématique (lié aux craintes sur la croissance) induit d’importantes sorties des marchés d’actif risqués. Seuls le crédit investment garde et les taux gouvernementaux ont résisté dans ce climat d’anxiété croissante.