Vues et Convictions novembre 2019

Mardi 10 décembre 2019

Market Insights

Le ralentissement escompté de la croissance mondiale atteindrait 3.0% en moyenne annuelle pour 2020, et devrait principalement être le fait des États-Unis et de la Chine.

De manière symbolique la croissance chinoise devrait passer sous la barre des 6.0% à 5.8% en 2020. La croissance européenne pour 2020 resterait sur le niveau observé en 2019, dans un contexte d’inflation modérée. Cette baisse graduelle de la croissance s’accompagnera d’une politique monétaire qui restera ultra accommodante de chaque côté de l’Atlantique.

Les taux longs se maintiendront sur les niveaux actuels soutenant ainsi la prime de risque sur le marché des actions. Ce scénario reste suspendu à la conclusion d’un accord commercial entre la Chine et les États-Unis avant la date butoir fixée au 15 décembre.


Document

Autres actualités

Perspectives d'investissement
22/10/2019 Market Insights

Vues et Convictions septembre 2019

Nous anticipons une croissance mondiale pour 2019 et 2020 respectivement à 3.2% et 3.0%, soit une nouvelle baisse de 0.1pt par rapport à l'exercice de prévision de juillet.Ce ralentissement de la croissance du PIB devrait affecter l’ensemble des principales économies.L’affaiblissement du commerce mondial pénalisera l’activité dans son ensemble et affectera sans discernement les zones développées et émergentes. La taxation de l’ensemble des importations en provenance de Chine et les mesures de rétorsion qui ont suivi devraient commencer à produire une partie de leurs impacts à la fin de l’année 2019 avant d’affecter de manière plus significative l’économie mondiale en 2020.Notons que la croissance américaine attendue pour 2020 devrait se situer en dessous de son niveau potentiel à 1.6% en moyenne annuelle. En Chine, la croissance économique se situerait en dessous du seuil de 6.0% pour la première fois depuis 2009.La dynamique de l’inflation devrait continuer de rester atone à ce stade notamment en zone euro. Les taxes imposées par l’administration américaine, qui ont épargné les biens de consommation jusqu’à présent, devraient produire leurs effets sur les prix d’ici la fin de l’année aux Etats-Unis. Les risques de voir l’inflation progresser plus fortement qu’attendu en 2020 pour des raisons exogènes sont orientés à la hausse. Les politiques monétaires continueront de se montrer ultra-accommodantes. La Fed devrait procéder à de nouvelles baisses de taux en 2020. La BCE s’appuiera sur des mesures non-conventionnelles pour renforcer son action. Elle détaillera son action notamment en matière de politique d’achat de titres de dettes (publiques et privées).Les valorisations d’actifs obligataires de qualité (crédits Investment Grade et Obligation d’Etat) se sont une nouvelle fois renchéries en raison de l’activisme des banques centrales et d’une quête effrénée d’actifs de qualité. Même si les mesures de risque indiquent une augmentation graduelle du stress de marchés les investisseurs restent prudents en matière d’exposition aux actifs les plus risqués.