Lettre Monétaire Août 2019

Lundi 09 septembre 2019

Lettre Monétaire

Des publications économiques mitigées, notamment sur la partie industrielle, ont jalonné le mois d’août. Sans surprise, le secteur manufacturier a continué de pâtir des coups que se portent les administrations chinoises et américaines sur le front commercial.

La production industrielle de ces deux économies a continué de baisser en juin. Elle s’est contractée de 0.2% (m/m) aux Etats-Unis et le glissement annuel en Chine a cédé 1.2 pp (de 6% à 4.8%) en juillet. Ces tensions produisent des dommages collatéraux à l’image des secteurs industriels allemands et européens qui enregistrent une nouvelle contraction d’activité (baisse de la production industrielle de 1.5% en juin en Allemagne et de 1.6% en zone euro. Les difficultés du secteur industriel ne doivent toutefois pas occulter plusieurs publications rassurantes.

Le marché du travail américain est solide à l’image des demandes hebdomadaires d’allocations chômage qui demeurent stables et sur des niveaux bas. De même, le taux de chômage en France a enregistré une nouvelle baisse et les indicateurs d’activité (PMI service et manufacturier) se situent désormais en territoire expansionniste.

L’arrêt de la détérioration du climat de confiance en zone euro a concerné à la fois les entreprises et les ménages. En dépit d’un climat politique délétère, le momentum économique reste résilient.

En anticipation d’une baisse des taux directeurs mi-septembre et de plusieurs autres ensuite, les taux courts de la zone euro ont poursuivi leur baisse au cours du mois d’août, le taux du swap 1 an est passé de -52 bp à - 62 bp.

De leur côté, les spreads sur le marché monétaire ont très légèrement remontés sur le mois. Par exemple, les spreads de banques françaises de premier rang affichent des niveaux moyens de Eonia +8 bp sur les maturités de 6 mois, et de Eonia + 16 bp sur les maturités d’un an...

LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS


Document

Autres actualités

La Lettre Monétaire
08/07/2020 Lettre Monétaire

Lettre Monétaire juin 2020

La poursuite du déconfinement, qui a débuté dans la plupart des pays européens dans le courant du mois de juin, a permis une reprise plus accentuée qu’escomptée des principaux moteurs de croissance.Les enquêtes PMI se sont nettement redressées en juin, dépassant même dans plusieurs cas le seuil des 50 points (France et Etats-Unis). La production industrielle, les ventes de véhicules et la consommation des ménages sont autant d’indicateurs qui se sont nettement repris et qui laissent augurer d’un second trimestre moins catastrophique qu’attendu. A cela s’ajoutent de nombreuses annonces de soutien budgétaire supplémentaires (Japon, Allemagne, Espagne et France) ciblées sur les secteurs qui ont été sévèrement touchés par la crise.Notons également que les pays de la zone euro sont parvenus à un accord de principe quant à une mutualisation des dépenses liées à la crise du Covid-19.LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS

La Lettre Monétaire
11/06/2020 Lettre Monétaire

Lettre Monétaire mai 2020

Sans surprise, le flux de mauvaises nouvelles sur le front économique a continué d’irriguer le mois de mai. Le nombre de chômeurs et de personnes en activité réduite a continué de croître aux Etats-Unis, les dépenses de consommation en France ont enregistré leur plus forte chute depuis que la série existe (-20% en avril) et les commandes à l’industrie se sont contractées de 15.4% en Allemagne sur la même période.Notons par ailleurs que l’inflation totale est désormais négative en Italie ainsi qu’en Espagne (mesurée par le glissement annuel de l’IPCH) sous l’impulsion d’un effet de base négatif issu des prix énergétiques. Les prix sousjacents (hors composantes volatiles) sont quant à eux restés stables pour l’ensemble des pays de la zone euro. Mais la multiplication de pressions baissières risque de peser sur l’ensemble de la dynamique des prix de la zone euro au cours des prochains mois.LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS

La Lettre Monétaire
19/05/2020 Lettre Monétaire

Lettre Monétaire avril 2020

Les principales économies européennes ont vraisemblablement observé le pic épidémique au cours du mois d'avril enregistrant un ralentissement du nombre de contaminations et de décès liés au Covid-19.Cette apparente bonne nouvelle, combinée à la spectaculaire intervention des Banques Centrales et des Etats, a continué de soutenir les marchés d'actifs risqués (actions et crédits quelle que soit la zone géographique) accentuant la dichotomie avec une sphère réelle à l'agonie. La Chine n'a toujours pas retrouvé son niveau d'activité pré-crise pénalisée par une demande qui conserve les séquelles de l'attaque virale et par l'atonie des économies importatrices de biens et services chinois.LIRE LA SUITE SUR LE PDF CI-DESSOUS